Commission Voyages Ile-de-France

                                                                
        Monique Evrard                         Martine Ledru                       Monique Baele
       06 30 34 21 76                        06 07 99 65 06                    06 84 12 65 83
                     
Mail : arsgt.support@orange.fr
Téléphone général ARSGT pour les voyages : 01 41 35 45 54 (Permanence les mardis)

              
Voyages nationaux, Mme Buscia poursuit son activité, mais a manifesté sa préférence pour l'organisation de périples moins lointains. Voir onglet "Vie de l'Association" rubrique "Voyages".

*************************************************************************************************

Information: Désormais, les adhérents de l'AREP, qui souhaitent participer aux Voyages organisés par l'ARSGT doivent s'acquitter de leur cotisation à cette dernière.

*************************************************************************************************

Douanes, infos voyageurs : Les obligations, les tolérances, la situation de votre train ou avion, les retards. Connectez-vous au site:

http://www.service-public.fr/actualites/001279.html?xtor=EPR-140

et, avec votre Smartphone à :

http://www.service-public.fr/actualites/002775.html?xtor=EPR-140

*************************************************************************************************


ANNEE 2016

 
DATE
du
 
DATE
au
 
Proposé
par
 
LIEUX
 
SITUATION
 
OBSERVATIONS



30 Sept.




8 Oct.




J.Cosson

Croisière sur le Berlin
de la mer Tyrrhénienne à
l'Adriatique.
Départ Piombino, puis Sorrente,Syracuse,Les Pouilles,Gallipoli, Brindisi, Manfredonia,Ravenne,
Débarquement : Venise, puis Nice








Pour mémoire
Voir Compte-rendu ci-après

22 Nov.



3
Déc.


J.Cosson


 CUBA
problématique...


Pour mémoire,
Voir Compte-rendu ci-après


Le rythme de nos voyages au sein de la commission a changé. Désormais, il a été décidé d'organiser 2 voyages par an : Un long courrier de découverte et un circuit en Europe d'une semaine environ à un coût moindre.
En 2017 deux projets de voyage ont dû être annulés faute de participants : NEW-YORK et IRLANDE.
Nous avons organisé cette année un superbe circuit en BIRMANIE et prévu le PANAMA/COSTA-RICA en janvier 2018.
Il est important que vous nous fassiez part de vos souhaits et que vous répondiez aux éventuelles enquêtes afin que nous puissions vous satisfaire et adapter les destinations en fonction dee vos souhaits.

PROPOSITIONS 2017


Dates


 
DESTINATIONS
 
SITUATION

OBSERVATIONS 
Du 1er au 13 mars
LA BIRMANIE
Un circuit insolite, inhabituel
Terminé
Voir compte-rendu
ci-dessous

Septembre ou 
Octobre 
 IRLANDE
Une semaine avec : Dublin, le Connemara, les comtés de Galway et de Cork

Annulé

Nombre de demandes insuffisant
23 Janvier au 4 février 2018
COSTA-RICA / PANAMA
22 inscrits

2018
ou
2019

BOTSWANA


En projet

Faites-nous part de vos souhaits
2018
OU
2019

OUEST AMERICAIN
Les grands parcs et San Francisco

En projet


Septembre 2018
Cornouailles et Pays de Galles
En projet



BOTSWANA, juste un parfum d'aventure: Ceux d'entre-vous qui ont aimé le dépaysement des déserts de Namibie, adoré l'atmosphère, les paysages et les animaux du Kenya et de Tanzanie, apprécié à sa juste valeur le charme de la Birmanie (jetez un coup-d'oeil sur le compte-rendu) ne pourront pas rester insensibles à une aventure africaine ("mesurée") en 4X4, avec ses "Lodges", ses safaris photos, le delta de l'Okawango, au sein d'une nature riche avec de nombreux animaux sauvages. Dépaysement garanti !

OUEST AMERICAIN : San Francisco, les parcs nationaux (Arches, Bryce-Canyon, Zion), les grands espaces,"Monument Valley", le Grand Canyon, Lake Powel... Sites et paysages que vous pourrez découvrir avec la réalité de la vie du grand ouest.




                                                  


*************************************************************************************************

Escapade en Birmanie (MYANMAR)
du 1er au 13 mars 2017

MINGALABA (Bonjour)
11h de vol, 4h d'attente à Bangkok, à nouveau 1h30 d'avion, c'est long pour arriver à Mandalay au Centre de la Birmanie.
Entouré par le Bangladesh, l'Inde, la Chine, le Laos et la Thaïlande, la Birmanie s'ouvre progressivement au tourisme. Il y aurait trop de choses à dire sur ce pays, vous n'aurez donc pas les détails de notre périple, mais seulement des impressions de voyage et l'essentiel de ce qui nous a marqué :
- L'accueil d'une population aimable, toujours souriante et jamais agressive (au plus indifférente)


                   Femme Girafe                                                         Vente ambulante

- Le bouddhisme omniprésent que nous a largement commenté notre guide Nyi-Nyi (orthographe non garantie !). Si vous voulez atteindre le Nirvana deux solutions : "le grand véhicule" (vous êtes alors plusieurs pour vous recueillir et suivre les préceptes) ou "le petit véhicule" (là, vous êtes seul pour prendre en main votre destin, c'est plus difficile, mais la sagesse ça se mérite!).

      Après Nirvana,la main en signe de bénédiction-Assis avec l'énergie provenant de la terre-Debout avec le signe de la connaissance.

- Les forêts de Pagodes en hommage à Bouddha, avec une distinction subtile entre temples où l'on peut pénétrer et contempler la statue du sage et stupas, monuments sans entrée, avec une relique (ou sa copie) à l'intérieur.

                     
                                          Les multiples pagodes de In Dien

- les marchés colorés des villages visités et le charme du lac Inle.

 
                                               Marché et Lac Inle

À Mandalay : - Le temple Paya Kuthodaw avec 729 stupas contenant chacune une page gravée de l'écriture sacrée (temple : U-Minthonga),


                                                    Le temple de Paya Kuthodaw à Mandalay


- l'offrande aux nones et leur repas à Amarapura,


                                           Offrandes et déjeuner des nones (une seule fois par jour)

- la colline monastique de Sagaing, la pagode Minthonga du 14ème, ses 500 stupas blanches et ses 43 Bouddhas assis,


- l'ile d'Ava avec une dure (au sens littéral!) découverte en calèche du monastère en teck de Bagaya
                          
                                               Les calèches de l'ile d'Ava et le monastère de Bagaya

- l'inoubliable coucher de soleil en pirogue avec apéritif, sur le grand fleuve Irrawaddy devant le célèbre pont U-Bein de 1200m, construit en teck vers 1848.


                        Sur le grand fleuve, l'apéritif en bateau au coucher du soleil devant le pont U-Bein

- la visite du site Kya Su Gyin, ensemble de pagodes avec bouddhas des XVI et XVIIème.

À Pakkoku : - Le transfert en bateau vers Bagan avec vue sur les quelques 3000 pagodes restantes, cocktail d'accueil au coucher du soleil sur un banc de sable du fleuve dont le niveau peut monter de 10m lors de la mousson.
                          
                                                           Coucher de soleil sur l'Irrawaddy

À Bagan : - La pagode de Shwezigon du XIème, le repas des moines dans un monastère,
- le temple d'Ananda haut de 50m et ses 4 bouddhas de 10m construit en 1080,
                         Pagode de Shwezigon et temple d'Ananda                                                           
- malgré un ciel voilé, au petit matin, l'inoubliable survol en ballon des sites historiques



- l'arrivée en scooter électrique pour les plus téméraires, au marché coloré de Nyaung-Ggo suivi après déjeuner, d'une promenade romantique en calèche entre les temples de terre cuite et arrêt à celui de Thatbyinnyu (61m)

À Pindaya : - L'impressionnante grotte aux 8000 bouddhas où, suivant la légende, l'araignée qui retenait prisonnières les filles du prince fut tuée par un chevalier qui demanda en récompense la main de la plus jeune (pas bête!).


- la fabrication d'ombrelles, avec le papier issu de l'écorce écrasée du murier.



                                   Fabrication des ombrelles à partir de l'écorce du mûrier

À Kalaw au look "so British"(1300m d'altitude) : - la promenade dans le marché et le voyage pittoresque en train,


                                             Voyage en train ... en première !

- en route, le temple aux fenêtres ovales de Shwe Yan Pyay (XIXème) et ses nombreux bouddhas dans les niches de la pagode voisine,

Au lac Inle, (22km sur 10) territoire des Inthas :
- L'arrivée par le lac, dans un hôtel de charme sur pilotis,                                                            
- les promenades en pirogue sur les canaux, les pêcheurs qui font avancer leur bateau avec une jambe, les artisans (Forgerons, cigares, soie, bijoux, pirogues), les marchés (Phandang) avec la coiffe des femmes Shan ou Pa-O,            


                                      L'activité sur le lac Inle, ramassage d'algues, pêcheurs ...

                          
                                                   Les femmes Pa-O sur le marché de Phandang                                       
- Les pagodes d'In Dien et de Phaung Daw Oo et, après une longue navigation parfois problématique vu le peu de profondeur sur la rivière Belu-Chaung, le village de Sangar à l'extrême sud du lac avec les innombrables pagodes deTakkhaung-Mwedaw où la pluie commence à tomber, l'arrivée dans le superbe Hôtel Pristine Lotus Spa.


                                         Promenades en pirogue sur le lac, les habitations sur pilotis

À Yangon : - Au sommet d'une colline, la pagode de Shwedagon mondialement connue, recouverte de 11 tonnes d'or, un énorme diamant au sommet (hélas invisible et imprenable), entourée de petites pagodes typiques où les fidèles, en ce jour de pleine lune, se recueillent en nombre.
                                                   
                                         La majestueuse pagode de Shwedagon et les fidèles recueillis

- Le Bouddha couché de 63m de long dans la pagode de Shauk Htat Gyi.
                           
Après ce résumé incomplet, vous aurez compris que nous avons succombé au charme du pays et de ses habitants. Nous en gardons des souvenirs merveilleux … merci Monique et … TATA (Au revoir)

                  
                                                                                                                                                                 D.Auclair
_________________________________________________________________________________

Voyage historique "pour le meilleur et pour le pire" à Cuba
Du 22 novembre au 3 décembre 2016

La « perle des Caraïbes » ; la plus grande, on pense immédiatement belles américaines, musique, salsa, mojitos, cigares et plages aux eaux cristallines.
La réalité n'est pas toujours aussi belle mais ce voyage restera pour beaucoup d'entre nous le “voyage historique” comme l'a qualifié notre guide Adrian. Adrian, jeune cubain gentil, polyglotte, cultivé qui, tout en restant pondéré, nous fera passer quelques messages sur son île à laquelle il est profondément attaché.
La disparition de Fidel marquera notre séjour, le modifiant peu sur son parcours, mais le deuil de 9 jours nous privera de musique et d'alcools.

Mardi 22 Novembre. Paris - La Havane
Nous décollons donc de Roissy pour un vol de 11h pour la Havane.
30 minutes de bus nous amènent à l’hôtel Plaza, magnifique bâtisse début XXème siècle, mais les chambres le sont un peu moins, parfois sans eau ou sans fenêtres, avec ou sans petites bêtes.

Mercredi 23 Novembre. La Havane - Pinar del Rio
Petit déjeuner sur la terrasse de l'hôtel qui nous donne déjà un aperçu sur la décrépitude de la ville.
Départ pour Vinales en longeant le Malecon, magnifique front de mer, Ambassade des USA ré-ouverte depuis peu et arrêt change.


Il y a 2 monnaies à Cuba: le CUC pour les touristes et le Peso cubain pour les autochtones (1 CUC # 25 Pesos).
Route verdoyante vers une immense cuvette plantée principalement de tabac et de canne à sucre.
Première surprise : on se croirait retournés 50 ans en arrière, les travaux des champs se font avec des attelages de bœufs. Arrêt chez un producteur où on visite le séchoir et où il nous explique la fabrication d'un cigare que fumaient le Che et Obama. Il cultive un petit lopin de terre et reverse 80% de sa production à l'état !
Le village est charmant, petites maisons de toutes les couleurs, avec un auvent et 2 rocking-chairs. Beaucoup sont louées en casa particular pour les touristes. Sortie des écoles des élèves en uniforme.
Déjeuner : tous se ressembleront : poulet – riz ou riz-poulet avec quelques crudités, parfois porc et rarement boeuf et riz au lait ou compote de papaye.
Visite d'un jardin botanique à la tombée de la nuit et hôtel à Pinar del Rio avec musique locale à 2 pas.

Jeudi 24 Novembre. Pinar del Rio – La Havane


Las Terrazas : communauté rurale classée réserve mondiale par l'UNESCO : reboisement massif et construction d'un village. Ancienne exploitation de café avec ruines de séchoir et des cases des esclaves. Vitrine du castrisme ?
Retour vers La Havane pour la Finca Vigia, propriété d'Hemingway.
Retour à l'hôtel Plaza où les ascenseurs sont en panne. Eau : pas, peu ou froide, lavabos bouchés. On nous avait dit que l'hôtellerie pouvait être difficile, mais à ce point … On y passera une seule nuit car on doit libérer les chambres pour la nuit suivante prévue : dixit le gouvernement selon le réceptif local.
Dîner dans un resto privé : très bien, puis, pour quelques-uns, musique et mojitos au Café de Paris rue Obispo.

Vendredi 25 Novembre. La Havane - Trinidad


Cienfuegos, ville coloniale très propre, au fond d'une baie, différents types d'architecture.
Balade dans les rues animées et passage dans une épicerie d'état : quelques sacs de riz, des œufs, des produits ménagers sur des étagères d'un autre âge, le tout fonctionnant avec des tickets de rationnement, les paiements se font en pesos Cubains, monnaie réservée aux cubains.

  Palais et patio                                           

Resort à 15 km de Trinidad, peu d'eau chaude. Dîner langouste avec musiciens et quelques pas de salsa. Sympatique. Ce sera notre seule soirée musique. On prévoit d'aller demain à un spectacle de Buena Vista Social Club qui n'aura pas lieu.

Samedi 26 Novembre. Trinidad (Patrimoine de l'humanité) « Jour historique »

Quelle surprise au petit déjeuner d'apprendre la disparition du Lider Massimo. Adrian nous en parle dans le bus avec une certaine émotion. C'est une page de l'histoire de son pays qui va se tourner !
1er arrêt chez Che-Che, potier renommé, ami de Fidel.
Puis la petite ville aux ruelles pavées, aux petites maisons colorées, aux persiennes françaises, aux multiples carrioles. Un vrai bijou.

                      

Musée Cantero et Plaza Mayor aux belles maisons seigneuriales.
Un habitant nous chantera l'hymne cubain et nous fera chanter la Marseillaise.
Déjà de nombreux drapeaux accrochés aux fenêtres.
Mojito prévu à la Canchancharia, mais, pour cause de deuil national de 9 jours, il nous sera refusé. Et même pas un verre d'eau à la place.
Après-midi libre à la plage : sable blanc et eau cristalline.
Fidel a déjà été mis en cendres. Une urne sera exposée à La Havane puis traversera le pays en convoi jusqu'à Santiago. A la télé, on ne parle que de lui. Tout le monde pleure !!
Et pas de spectacle à Trinidad, dommage.

Dimanche 27 Novembre. Trinidad – Manicanagua

Parc El Cubano : Randonnée de quelques km, + ou – difficile jusqu'à la chute de Javira et baignade pour quelques-uns.
Puis Manicanagua par routes vallonnées, verdoyantes, bananiers, anciennes sucreries à l'abandon. Quelques élevages de bovins ; seuls les enfants (et les touristes) ont le droit de manger du bœuf.
Nombreux petits villages où les habitants se rassemblent dans les comités pour hommages.
Joli lac de barrage à 600 m d'altitude. Hôtel un peu décrépi où on espérait la piscine mais elle est vide. Adrian sait toujours nous faire passer les bons et les moins bons côtés de Cuba avec humour.
Un jeune cubain apprenant le français nous aborde et nous dit son rêve de quitter le pays.


Lundi 28 Novembre. Manicanagua – Cayo Santa Maria

Départ pour Santa Clara, ville du Che. Adrian nous lit la lettre d'adieu du Che à son ami Fidel, lorsqu’il a quitté Cuba pour d’autres aventures.

       
                               Le Che et procession scolaire pour le décès de Fidel
Arrêt au siège du Parti : énorme bâtiment avec immense portrait de Fidel. Certains rentrent signer le registre malgré la musique assourdissante (pas de la Salsa, mais des chants révolutionnaires).
Magnifique statue en bronze du Che.
Wagons blindés qui ont déraillé suite à une attaque du Che, mais ils sont fermés comme tous les musées. On reviendra, on aimerait bien croiser le convoi.


Les wagons blindés

Visite à Remedios d'une sucrerie fermée depuis 1997. Cuba était le 1er pays exportateur de sucre !
Cayo Santa Maria par route de 50 km sur la mer. Resort bien, les cubains y arrivent pour travailler en bus spéciaux.
                             

Mardi 29 Novembre. Cayo Santa Maria

Journée catamaran au large de l'ilôt. Baignade en pleine mer au milieu des poissons. Spectacle de dauphins et arrêt sur un magnifique banc de sable en bordure de mangrove.

Adrian n'a pas pu nous accompagner car interdiction aux cubains, de prendre un bateau.
Bonne journée détente. On a même droit aux cocktails à l'hôtel.

Mercredi 30 Novembre. Cayo Santa Maria – La Havane

Matinée plage puis Remedios, petit village paisible où l'on voit une des 8 vierges enceintes au monde dans la belle église de San Juan Bautista.
Santa Clara et sa plaza de la Revolucion où l'on a dû accéder à pied car la route est coupée. Le convoi, transportant les cendres de Fidel, doit y arriver ce soir.
Déjà de nombreux cubains arrivent sur cette immense esplanade dominée par l'imposante statue du Che.
On assiste à l'enregistrement d'un court reportage par une journaliste de TF1 qui conclue en évoquant la Révolution conduite par Castro et le Che « pour le meilleur et pour le pire ». Adrian est blessé par cette expression et on doit lui expliquer comment est perçu Fidel en Europe. A partir de cet instant, notre voyage sera qualifié de « voyage historique, pour le meilleur et pour le pire ».


Groupe (incomplet !) devant le mausolée de Santa Clara

On ne pourra malheureusement pas attendre l'arrivée du convoi, que l'on ne croisera pas non plus sur l'autoroute, car il a emprunté une autre voie pour traverser plus de villages. Route qui est toujours bordée par de nombreux portraits et phrases cultes du leader.
La Havane et dîner langouste.
Re-hôtel Plaza avec encore des problèmes de chambres.

Jeudi 1er Décembre. La Havane


Les voilà, les belles américaines, étincelantes, mais polluant un max. Malecon, belles maisons coloniales qui côtoient d'autres en très piteux état, place où se rassemblent les « femmes en blanc » lors de manifestations pour les disparus du régime. 


Une petite femme en blanc ... et ses copines!

Elles sont très surveillées, voire plus.
Place de la Révolution qui peut accueillir 1 million de personnes où Fidel a prononcé ses interminables discours.Fabrique de cigares « Romeo et Juliette » où les conditions de travail sont épouvantables : bruit assourdissant, cadences, fumée, discours enflammés à la tribune (à ce moment là sur le sida). Interdiction de photographier.
Balade en ville, palais des capitaines généraux, bouquinistes, achats de journaux sur la disparition de Fidel, différentes rues dont Obispo aux maisons splendides mais + ou – en ruines. Hôtel « Ambos Mundos » où a résidé Hemingway. Les deux cafés où il prenait ses cocktails favoris, le Floridita et la Bodeguita del Medio sont fermés car ils ne peuvent pas servir d'alcool.Usine de cigares photographies interdites mais...

Promenade en cyclo-taxis dans quartiers très pauvres.
Dernier dîner en ville puis balade dans quartiers voisins où les jeunes avec leurs smartphones sont regroupés autour de points d'accès WiFi. Dernière Pina Colada sur la magnifique terrasse de de l'Iberostar, voisin de notre triste Plaza !!


Alcool interdit pendant les obsèques !

Vendredi 2 Décembre. La Havane

Très belle balade, parque central, théâtre, Capitole et ruelles très pauvres où les maisons aux belles façades s'effritent ou s'écroulent.
Plaza San Francisco et beau quartier de la Cathédrale.
Dernier mojito chez un ancien danseur étoile assez loufoque, dans une maison kitchissime.

Hasta Siempre !

Ce voyage restera sûrement marqué dans nos souvenirs.
Adrian nous a fait passer quelques messages bien que restant pondéré. Il nous a fait aimer son pays, sa population si métissée et si pauvre mais si accueillante.
Un merci tout spécial à Josette qui nous a si bien accompagnés et défendus auprès de l'agence locale. On pensera encore à elle, et à Jacques, lors de nos prochains voyages avec l'ARSGT.

                                                  Texte d’Odile DUMONT et Photos de Gérard DUMONT

__________________________________________________________________________________

"De la Tyrrhénienne à l’Adriatique"

du 30 septembre au 8 octobre 2016


Quelques souvenirs de voyage …
Les joyeux retraités partent en voyage de Nice à Venise  …

En ligne droite, type randonnée : 450 km … Nous disposions de 8 jours, compte tenu de nos âges vénérables, à pied, c’était quand même un peu trop. Le bateau, pardon, le navire, c’était la solution mais, un navire à taille « humaine » d’où l’on voit surtout la mer et pas seulement un parc d’attraction mis sur l’eau et un casino…
Et ce fût la croisière à bord du M/s Berlin (environ 160 cabines, 320 passagers) un beau, un vrai navire qui nous embarqua pour 1450 miles nautiques (2685 km) en consommant 800 l de fuel/heure (un bon client !)


Le Berlin

Et nous voguâmes sur 4 mers : la Ligurienne, la Tyrrhénienne, la Ionienne et l’Adriatique : le bonheur ! Commentées par un adorable grand père, le commandant (en retraite) J.M Homet qui nous les fit connaître dans le détail : leurs fonds calmes ou chaotiques, leurs salinités, leurs niveaux et leurs îles enchanteresses et leurs rivages en falaises ou en lagunes et surtout leurs nombreux visiteurs ou migrants … En quelques 2 millénaires : aventuriers, commerçants, barbares, pirates barbaresques, croisés … venant des rivages de la grande Méditerranée ou d’ailleurs comme nos Normands ou nos Angevins, sans oublier les germaniques du Saint Empire ni Napoléon et sa famille qui un temps y régna, tous y laissèrent leurs empreintes : leur art, leurs forteresses, leurs palais, leurs temples, leurs églises, leurs basiliques, leurs villes.
Et ce fut une succession de civilisations qui se mêlèrent s’enrichirent l’une l’autre depuis les étrusques, les phéniciens, les grecs, les carthaginois, les romains, les byzantins … Ils nous laissèrent les merveilles que nous présenta Mme Ch.Darmagnac lors de ses conférences avant que nous les admirions, sur site, bien sûr. Ce fut un excellent rappel de la christianisation de notre Europe contée magnifiquement dans les monuments souvent sobres extérieurement mais somptueux intérieurement et les fresques et les mosaïques …
Chaque soir nous trouvions dans nos cabines le journal de bord qui nous informait des aventures prévues pour le lendemain … ainsi qu’une petite page d’info nous rappelant les vicissitudes du monde …
Chaque jour nous était présentée l’escale et les visites prévues ainsi que les heures impératives de départ, je signale ce petit détail pour avoir manqué le premier départ du premier matin de la première visite … et je ne sais presque rien…des Etrusques mais tout de la ville de Piombino que j’ai eu tout le loisir de visiter …
Mais la nourriture de l’esprit exige une bonne nourriture du corps ! Nous disposions d’un excellent restaurant et de menus copieux et aussi d’une agréable Véranda mi couverte mi terrasse-piscine aux buffets bien garnis…nous pouvions nous restaurer ou grignoter ou boire un thé, café etc. à peu près toute la journée …
Mais la croisière s’amuse aussi :
Les mondanités d’abord avec la soirée de bienvenue du Commandant, SA « poignée de mains » (x 300 = pauvre commandant…) ET la photo ; puis le dernier soir : La soirée du Commandant … (où ai-je mis ma cravate ?)
Et chaque jour les propositions du Chef animateur F. Normag, animateur, prestidigitateur, magicien …tout ! des jeux et mêmes des films, des chanteurs … Et un improbable, époustouflant, trio auvergnat les Maulus : 2 accordéonistes et un contrebassiste sortant la guitare ou le banjo ou l’harmonica ou la trompette et/ou une batterie bricolée sur une tôle frappée des doigts munis de dés à coudre, le tout créant une ambiance des plus sympathiques jusqu’à un solo de batterie endiablé sur le zinc du bar du salon, sur les verres, sur tout ! Le soir, au Yacht Club du bord, ambiance piano bar pour les noctambules … et petites douceurs du soir…
Mais nous avons quand même débarqué chaque jour, pour partir en excursion, débarquement à quai souvent, mais aussi en chaloupes (moment de bravoure) quand notre navire s’ancrait au large … Au soleil ou sous la bruine ou même la pluie… (il pleut aussi, même dans le sud de l’Italie et en octobre !).
Les cars nous attendaient et leurs chauffeurs et les guides locaux au verbe haut et clair ou marmonné et confidentiel … J’ai bien aimé particulièrement nos charmantes guides d’Herculanum et de Syracuse…

1-10 : PIOMBINO et VOLTERRA petite ville médiévale et ancienne cité étrusque. Importante sous les Lombards, dominée ensuite par les Médicis, révoltée, pillée, intégrée au territoire florentin.
     
                                                        Voltera
Ces évènements nous rappellent que, depuis la chute de Rome, l’Italie était un territoire de cités-états, de royaumes, et que l’unité italienne ne date que du XIXème siècle… Auparavant les luttes d’influence étaient permanentes. Ici on travaille encore l’albâtre des environs. Quant à Piombino, charmant petit port, que j’ai eu le privilège de visiter, il m’a permis de prendre contact avec une population aimable, un marché bien achalandé : poissons, légumes et fruits frais et gorgonzola à 15 €/kg pour le plus cher, un office du tourisme prévenant et proposant une vingtaine de vins italiens … je n’ai pas tout goûté mais mon premier café italien était délicieux …

2-10 : SORRENTE et POMPEÏ – HERCULANUM … le 24 août 79 Le VESUVE entre en éruption puis explose ensevelissant Pompéi sous la cendre et Herculanum sous une coulée de boue, de lave, de cendre, mélangées. Vaut la visite disent tous les guides …

 
Herculanum

Impressionnant et nous rappelant à l’humilité de petits êtres bien fragiles que nous sommes devant les colères de la nature. Herculanum perdue sous 30 m de déjection du volcan, redécouverte fortuitement lors du creusement d’un puits qui exhuma des statues, des bijoux … puis des constructions presque intactes, étages conservés, poutres semi calcinées mais ayant résisté, mosaïques et fresques …

3-10 : SYRACUSE Dans la nuit nous avions longé le Stromboli, à 2 H00, puis passé le détroit de Messine, à 5 H00 Nous sommes arrivé vers 13 H00 à quai, pratiquement au milieu de la ville ! Une ville magnifique pour la beauté de ses monuments, sicilienne pour l’ambiance farniente que l’on éprouve en la parcourant. Vestiges impressionnants de son immense théâtre antique et des carrières voisines où vivaient et mouraient les carriers-prisonniers parqués dans les grottes d’extraction de la pierre.

     
Syracuse

Cathédrale dont les murs contiennent les colonnes d’un ancien temple grec puis romain … Nous nous sommes promenés le long des quais avons admiré les papyrus offert en remerciement par un roi égyptien, avons regretté de ne pas disposer d’un peu de temps pour prendre un moment à la terrasse d’un café au bord de l’eau … Il faudra revenir ! Dominant la ville, un sanctuaire immense et moderne (Jean Paul II) dédié à la Madone, entourant une icône vénérée de la Vierge en pleurs. Je l’ai visité en faisant discrètement l’école buissonnière mais me suis aperçu que je n’étais pas le seul …

4-10 : GALLIPOLI et LECCE la découverte des Pouilles… Dans mon imaginaire c’était pauvre, sale, laid, mafieux … J’ai découvert une ville belle, PROPRE, agréable, de superbes maisons, des tons pastels… une belle révolution dans ma tête ! La Florence du midi ou du baroque dit-on sur place, c’est tout dire. Le calcaire local est de couleur miel au grain très fin qui se prête aux sculptures les plus élaborées.

                            
                                                        Lecce
Le Duomo, le palais épiscopal, le campanile de 68 m, les demeures aux balcons ouvragés … le baroque exalté partout et … l’expresso, et les petits gâteaux aux amandes … Quant à la mafia ? … une conversation de pont avec notre grand père conteur m’a suggéré que compte tenu des multiples invasions de seigneurs de tous poils et de toutes provenances, le petit peuple, de souche, dirait-on maintenant, qui subissait ces dominations diverses et variées s’organisa discrètement, entre hommes du cru, pour survivre, s’entre-aider, se juger entre soi selon les coutumes, sous l’aile d’un parrain de leur sang … l’explication m’a semblée tout à fait sensée, réaliste et recevable.

5-10 :BRINDISI et ALBEROBELLO … ses Trulli (ou petites tours en latin) Visite dans ce village du quartier de ces étranges constructions pittoresques, les TRULLI, petites maisons en forme de tours recouvertes d’un toit pointu composé uniquement de pierres plates empilées SANS mortier ni ciment donc «démontables ».


                                                                         L’histoire locale raconte que les habitants, devant payer un impôt au Seigneur du lieu sur les maisons habitables, ... démontaient prestement leurs toits quand le percepteur était annoncé… donc n’étaient pas imposés ! Que ne ferait-on pas pour échapper aux taxes foncières, d’habitation… ! Rien n’est nouveau sous le soleil … L’après-midi, visite libre de BRINDISI, la porte de l’Orient, l’aboutissement de la via Appia devenue Traiana venant de Rome (500km) se terminant sur le rivage par 2 colonnes à chapiteau, dont l’une est intacte. Ce fût un point d’embarquement des croisés vers la Terre Sainte. On y trouve comme ailleurs de nombreuses églises très anciennes entre autre le Tempio di san Giovanni al Sepolcro de l’époque normande sur des fondements paléochrétiens. Nous nous sommes perdus dans les via, avons découvert de superbes demeures et furent remis sur le droit chemin par d’aimables passants compatissants.

6-10 : MANFREDONIA et le MONT SANT’ANGELO (le Mont Saint Michel italien…) San Angelo est connu pour son sanctuaire de l’Archange Saint Michel, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, lieu de pèlerinage chrétien depuis le VIème siècle et très fréquenté par les pèlerins d’aujourd’hui, nous en avons été témoins. A la différence de notre Mont Saint Michel, celui-là est bien au sommet de la montagne mais … dans les profondeurs d’une grotte dans laquelle on descend loin, en rangs serrés.


Sant'Angelo

On doit le sanctuaire actuel du XIII ème siècle à Charles Ier d’Anjou, un angevin … Seigneur des Pouilles ! Dans le village du sanctuaire de nombreuses boutiques (les marchands du temple !) proposent des souvenirs pieux et en particulier des images de Saint Padre PIO dont le monastère de base est à une trentaine de km à San Giovanni Rotondo.

7-10 : RAVENNE Siège de la puissance impériale au Vème siècle. Honorius s’y installa puis vint la cour de Théodoric, roi des Ostrogoths puis vint l’empereur Justinien qui en fit la capitale des territoires byzantins d’Italie lors de sa tentative de reconstitution de l’empire romain depuis Byzance… Ils nous ont laissé dès le VIème siècle dans L’église Saint Apollinaire in Classe la plus grande église paléochrétienne, dans la basilique Saint Apollinaire le neuf, dans la basilique San Vitale et dans le mausolée de Galla Placidia un ensemble de mosaïques magnifiques, somptueuses, incomparables.

                       

Elles nous montrent en tableaux sublimes toute l’histoire chrétienne des premiers temps : l’Ancien et le Nouveau Testament, en images expressives pour le peuple analphabète de l’époque et pour les visiteurs éblouis d’aujourd’hui.

8-10 : ENTREE à VENISE et TRAVERSEE de LA SERENISSIME au soleil levant …l’APOTHEOSE … Les bagages ont été préparés la veille au soir ou dans la nuit : à déposer avant 3 H00 devant sa cabine a dit le chef dans son hautparleur ! Tous ou presque, debout à l’aube pour voir le soleil se lever sur la lagune où nous entrons vers 6H30 et regarder et admirer cette ville, ces palais admirables, sur pilotis !

Et le Grand canal et la Place Saint Marc et la Ville qui s’éveille et les bateaux qui commencent à circuler et le trafic qui s’intensifie. Avec bien sûr une pointe de regret … on serait bien resté un jour ou deux pour poursuivre notre révision de l’histoire des rivages de l’Italie… à Venise ! C’est sûr, il faudra revenir …

8-10 : après midi … RETOUR en avion pour Paris et pour l’automne, en attendant notre prochaine escapade !
Ma déception : J’ai appris, à Syracuse, de la bouche de notre charmante guide (elles l’étaient toutes) que mes certitudes vieilles de 70 ans étaient … erronées !... Archimède n’a pas brulé la flotte romaine avec ses miroirs de bronze bien astiqués renvoyant le feu du soleil sur les galères assaillantes mais les a seulement éblouies, ce qui les obligea à repartir au large … pour revenir plus tard et réussir à envahir quand même la Sicile ! Nos savants modernes ont tentés de reconstituer la géniale procédure, avec du matériel d’époque, et cela n’a pas fonctionné !!! CQFD, l’histoire était trop belle, je suis déçu MAIS …

NOUS AVONS FAIT UN BEAU VOYAGE, MERCI JOSETTE

B.Cornélis.